Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Var Bretagne Conseils Contacts

  I    J0   J1   J2   J3   J4   J5   J6   J7   J8   J9   J10   J11   J12   J13   J14   J15   J16   J17   J18   J19   J20    C     Carte 1     Carte 2     Carte 3  
Version imprimable

> Ma randonnée dans les Alpes --> Chalets de Bise - Gîte de Trebentaz

Météo
Horaires
Nb d'heures de marche
(d'après topo-guide)
Altitude
mini/maxi
Dépenses
8h15 - 16h00
6h05
1021 m / 1850 m
39,40 €
(dont refuge : 28 €)

Des montagnards en herbe
Ce matin c'est un peu brumeux, mais le soleil ne tardera pas à apparaître de derrière les montagnes. La journée commence par une montée de plus de 300 m, suivie par une descente de 800 m. Sur cette pente, je croise une famille avec le grand-père, le père, la mère et 2 enfants (un petit garçon et une petite fille qui doivent avoir 8 ans grand maximum), qui eux sont donc en train de grimper. Après le "bonjour" et les sourires (ben oui, ça fait plaisir de croiser des gens lorsque c'est rare), je lance un "ça grimpe !", en jetant un coup d'œil aux petites têtes blondes. Le monsieur me répond que les enfants sont déjà bien habitués à ce genre de parcours. Je suis impressionné car je connais des gens de mon entourage qui à 30 ans iraient moins vite que ce petit groupe (d'ailleurs je ne sais même pas s'ils seraient capable de faire ça).

Qu'est ce qui crame ?
Vers 11 heures, j'arrive à la Chapelle-d'Abondance, village de 700 habitants, mais dans lequel on trouve tous les commerces possibles, sans doute parce que c'est une importante station de ski. J'en profite pour faire quelques petites courses et pour acheter une crème contre les coups de soleil : j'avais bien sûr apporté de la crème solaire, mais j'ai tout de même réussi à me faire piéger, par exemple sur les oreilles, endroit qu'on ne pense pas forcément à protéger. Il faut dire que depuis le début, le soleil n'arrête pas de taper, mais bon, on ne va pas se plaindre !

+800 m pour finir
Pour terminer la journée, il me reste seulement à effectuer +800 m de dénivelé. Après avoir marché quelques centaines de mètres sur la D22 (assez passagère), le GR5 tourne à droite sur un bon chemin. Mais juste après, il y a de grands travaux (sans doute pour créer de nouvelles pistes de ski pour cet hiver), ce qui oblige à prendre une déviation.

Une vraie pause déjeuner
Je trouve un endroit magnifique pour déjeuner : c'est à l'ombre, au bord d'un ruisseau sur lequel des enfants ont construit une petite roue de moulin qui fonctionne très bien. Les libellules et les papillons voltigent autour de moi. Seul point noir, je m'aperçois que j'ai perdu ma casquette, élément carrément indispensable sous ce soleil, mais pour le moment j'ai trop faim, on verra ça après le repas. Finalement, je n'aurai pas à revenir très loin en arrière pour la trouver, en plein milieu du chemin. Je reste pas loin de 2 heures à cet endroit, à me reposer et à bouquiner.

Une sacrée montée
C'est reparti. Bon, il me reste seulement 2 heures de marche, mais ce n'est que de la montée. Au début, le temps est assez lourd, mais rapidement le soleil se voile ce qui permet de rafraîchir un peu l'atmosphère. Il n'empêche que la dernière grimpée est éprouvante. Le refuge, qu'on aperçoit de très loin, semble ne pas vouloir se rapprocher. Remarquez, c'est le genre de terrain que je préfère faire en montant qu'en descendant, car le petit sentier est très chaotique, et les pierres roulent fréquemment sous les pieds.

Le gîte de Trebentaz
Je suis très bien accueilli, et le refuge, bien que sans courant, dispose tout de même de 2 lavabos avec eau chaude : le luxe par rapport aux chalets de Bise. Je suis le premier, mais d'autres personnes ne tardent pas à arriver, souvent des familles habitant la région, et également 3 personnes d'un camping avec un jeune accompagnateur, avec lesquels je dînerai. Le repas est excellent (c'est sans doute ici que je mangerai le mieux) et très copieux. Il a vraiment tout pour plaire ce gîte.
Juste avant le dîner, le fils des gardiens nous a montré chamois et bouquetins à l'aide de grosses jumelles très puissantes. Il était très surpris de découvrir un troisième bouquetin, alors que jusque-là il n'y en avait que deux. On me montre également le chemin par lequel je passerai le lendemain, et ce que je vois ne me plaît pas trop : un raidillon dans de la pierre avec le vide juste en dessous, histoire de ne pas avoir envie de se louper. Mais bon, c'est loin d'où je suis, sans doute que le chemin n'est pas si méchant que ça...

Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes        
retour en haut

  <<     >>  

Création site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77