Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Var Bretagne Conseils Contacts

  I    J0   J1   J2   J3   J4   J5   J6   J7   J8   J9   J10   J11   J12   J13   J14   J15   J16   J17   J18   J19   J20    C     Carte 1     Carte 2     Carte 3  
Version imprimable

> Ma randonnée dans les Alpes --> Gîte de Trebentaz - Refuge de la Golèse

Météo
Horaires
Nb d'heures de marche
(d'après topo-guide)
Altitude
mini/maxi
Dépenses
7h50 - 18h15
8h15
(+30')
1430 m / 2099 m
41 €
(dont refuge : 31 €)

Une grosse frayeur
Lorsque je pars, à 7h50, le soleil est déjà chaud et commence à taper. Plus je me rapproche du passage délicat aperçu hier, et plus je me dis que ça ne va pas être du gâteau... Au moment où ça commence à devenir sérieux, je vois une plaque avec un prénom et une année (1996), ce qui n'est pas forcément des plus encourageant ! Il n'y a pas très long jusqu'en haut, mais si je glisse, je me retrouve quelques dizaines de mètres plus bas, alors il y a de quoi avoir quelques inquiétudes, et je m'agrippe à tout ce qui traîne, c'est à dire herbes et rochers.
Lorsque j'arrive en haut, je dégouline de sueur comme si je venais de gravir 500 mètres de dénivelé en courant, parce que j'ai vraiment eu une grosse frayeur. Sans doute que sans le sac cela aurait été différent. Et je me dis que je n'aurais jamais pu franchir ce passage dans l'autre sens !

Décidément...
J'ai mis moins d'une demi-heure pour arriver sur la crête, mais j'ai l'impression que ça fait beaucoup plus. Et puis, sans doute pas remis de mes émotions, je me perds 30 minutes avant de retrouver le balisage.
Plus loin, j'aperçois 2 chamois qui se sauvent à mon arrivée. Peu après, le chemin devient très bon, montant et descendant tranquillement. En revanche il n'y a pas d'ombre, et le soleil tape très dur.

Chaud !
Vers midi et demie, je passe la frontière suisse au col de Chésery, puis devant le refuge du même nom (plein de touristes) et j'arrive au lac Vert, à côté duquel j'arrive à trouver un coin plus ou moins à l'ombre pour déjeuner. Ici on est pratiquement à 2000 m, mais il fait tout de même très (trop) chaud. Je me demande bien quelle température peuvent avoir les gens à 0 m d'altitude, ça doit être étouffant !

Après un repas rapide, car finalement je n'étais pas très bien protégé du soleil, je repars doucement. Par bonheur, il y a maintenant quelques nuages blancs dans le ciel qui viennent régulièrement masquer les rayons de notre astre.
Peut-être un quart d'heure plus tard, j'arrive au col des Portes de l'Hiver, qui, à 2099 m, est mon point culminant de la journée. D'ici, on a une vue superbe sur des massifs enneigés.

Les euros suisses...
Peu après, au lieu-dit Chaux-Palin, je m'arrête à la terrasse d'un café, histoire de prendre une boisson bien fraîche, tiens, un perrier-menthe par exemple. Sauf que là ils n'ont pas de perrier, mais un truc beaucoup moins pétillant. Et puis je trouve la note un peu chère, 3,20 euros. Seulement, après mon départ, je me rappellerai tout d'un coup qu'on est en Suisse, et que les 3,20 étaient en fait des francs suisses ! Ils ont dû bien se moquer de moi au café en voyant ça.

Faut pas s'y fier
A 16h30, je passe le col du Coux, et pas très longtemps après, je passe sous mes premiers gros arbres de la journée !
Dans le coin, il ne faut visiblement pas se fier aux panneaux indicateurs qui jalonnent le parcours, car au col du Coux, une pancarte indiquait "Col de la Golèse - 2h", et 45 minutes plus tard, une nouvelle pancarte indique "Col de la Golèse - 2h" ! Donc soit les gars qui ont fait ça ne sont franchement pas doués (et sans aucune conscience professionnelle), soit entre ces 2 pancartes il y a un tunnel spatio-temporel que j'ai loupé (en tout cas, il n'est pas indiqué sur mon topo-guide).
Dans la même série, une heure après, j'aurai le panneau "Col de la Golèse - 0h30", avec le premier "0" barré et remplacé par un "1". En fait, il me faudra exactement une heure pour arriver au col, donc la moyenne de 0h30 et 1h30.

Le refuge de la Golèse
Je suis bien content d'arriver au refuge ! Vers la fin, il n'y avait plus aucun nuage, juste des arbres la moitié du temps. Sur la porte, un mot prévient que le refuge ne peut remplir les gourdes des randonneurs de passage à cause de la sécheresse. Plus tard, le gardien me dira que cette année le manque d'eau se fait particulièrement ressentir, alors que je serais venu ici l'année précédente à la même époque, je me serais promené en polaire et K-way. Difficile, voire impossible à imaginer par un si beau temps...
A part moi, il y a un groupe de randonneurs allemands (3 hommes et une femme) installé.

Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes      
retour en haut

  <<     >>  

Création site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77