Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Var Bretagne Conseils Contacts

  I    J0   J1   J2   J3   J4   J5   J6   J7   J8   J9   J10   J11   J12   J13   J14   J15   J16   J17   J18   J19   J20    C     Carte 1     Carte 2     Carte 3  
Version imprimable

> Ma randonnée dans les Alpes --> Refuge du Col de la Croix du Bonhomme - Refuge de la Balme

Météo
Horaires
Nb d'heures de marche
(d'après topo-guide)
Altitude
mini/maxi
Dépenses
8h20 - 16h35
7h15
1818 m / 2483 m
28,50 €
(dont refuge : 28,50 €)

Sur la ligne de crête
Pour cette nouvelle journée, je change de topo-guide : je mets celui intitulé "Du Léman au Mont Blanc" au fond de mon sac, et je prends celui nommé "La Vanoise".
La première partie est magnifique : pendant trois quarts d'heure, on suit la ligne de crête des Gittes et on a un panorama de 360°. Parfois aussi on se retrouve sur le flanc gauche ou droite. On a le soleil dans le dos, ce qui permet de ne pas être ébloui. On marche sur un bon chemin, mais pas très large ce qui fait qu'on a le vide (ou une forte pente) à moins d'un mètre (voir un demi-mètre) de chaque côté de soi. Enfin bon, aucun danger si on regarde un minimum où on marche et en faisant très attention lorsqu'on croise quelqu'un.

Ça saute
Après, à partir du col de la Sauce, le GR5 descend plus ou moins rapidement jusqu'au refuge du Plan de la Lai (1818 m). Juste après, à partir du refuge de Plan Mya, ça recommence à monter tranquillement sur un bon chemin, puis on se retrouve sur un petit sentier qui grimpe beaucoup plus. A chaque pas, des dizaines de sauterelles et autres insectes sautent de tous les côtés, je ne parle même pas de leurs chants incessants. Les sauterelles sont de toutes les couleurs : rouges, vertes, jaunes ; certaines sont jaunes rayées de noir, si bien que de loin on pourrait les confondre avec des guêpes.

Différentes rencontres
Peu avant midi je m'arrête déjeuner à l'ombre des ruines d'une ancienne bergerie. En face de moi se trouve une grosse colline, sur laquelle je monte après déjeuner. De là-haut, on a une très belle vue sur le lac de Roselend, important lac artificiel formé par la construction du barrage de Roselend.
Juste avant de repartir, je discute un peu avec 2 jeunes randonneurs qui regrettent d'avoir pris un sac si lourd, puis en cours de route, je dis bonjour à un randonneur solitaire (il me semble l'avoir aperçu au refuge du col de la Croix du Bonhomme) en train de se faire bronzer.
Un peu plus loin, il faut franchir un enclos à vaches : c'est pas triste parce que les animaux sont juste sur le passage et il faut passer tout près d'elles. En plus, celles-ci ne sont pas du tout intimidées et vous observent de près.

Au milieu de moines
Je passe maintenant les ruines de Presset et je commence la longue montée jusqu'au col de Bresson, en même temps qu'un groupe de jeunes encadrés par des moines et un prêtre en soutane blanche. Vers le milieu du parcours, alors que je suis à une dizaine de mètres derrière le père blanc, celui-ci, pensant tout d'abord que je fais partie du groupe, me demande de l'eau. Je la lui donne bien volontiers, tout en me disant que ce n'est pas très sérieux de ne pas prévoir assez d'eau, surtout vu les conditions.
Je discute un peu avec lui : ils font une rando de 3 jours. Tout à l'heure, un groupe de jeunes filles, encadrées par des sœurs, va les rejoindre au col de Bresson, et il célèbrera une messe. Puis son groupe continuera un peu après le refuge de la Balme pour établir son camp, alors que les sœurs prendront le chemin inverse.
Ouf, j'arrive au col de Bresson (2469 m), ce trajet m'a paru bien long. Je suis pour l'instant tout seul car le groupe a fait une pause à mi-parcours. Lorsque je repars, après avoir admiré la vue un café à la main (faut reprendre des forces), les jeunes et les moines commencent à arriver, ainsi que le groupe avec les sœurs : au moins ça c'est de la précision !

Le refuge de la Balme
Après une descente plus ou moins rapide, j'arrive au refuge de la Balme, petit refuge de 30 places (un seul dortoir) complètement plein.
Le soir, je mange avec un couple d'Anglais à la retraite et un Hollandais (c'est le randonneur qui était en train de se faire bronzer tout à l'heure). J'ai honte de ne pas parler anglais (un blocage de naissance...), cela aurait bien arrangé tout le monde. Du coup c'est un français approximatif, mélangé avec pas mal de mots et de petites phrases en anglais. En tout cas ces gens sont très sympas. Les Anglais font des balades dans le secteur, alors que le Hollandais parcourt également le GR5.
Le soir, après dîner, on observe sur une des parois des bouquetins (ou peut-être des chamois, je ne sais plus) en contre-jour.
Cette nuit-là, je dormirai très mal à cause des ronflements, de la chaleur étouffante et du manque d'air (trop de monde dans ce petit dortoir). Mais bon, ça arrive...

Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes        
retour en haut

  <<     >>  

Création site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77