Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Var Bretagne Conseils Contacts

  I    J0   J1   J2   J3   J4   J5   J6   J7   J8   J9   J10   J11   J12   J13   J14   J15   J16   J17   J18   J19   J20    C     Carte 1     Carte 2     Carte 3  
Version imprimable

> Ma randonnée dans les Alpes --> Refuge de la Balme - Porte du Parc de Rosuel

Météo
Horaires
Nb d'heures de marche
(d'après topo-guide)
Altitude
mini/maxi
Dépenses
8h15 - 17h20
6h45
719 m / 2009 m
39.47 €
(dont refuge : 30,00 €)

Un compagnon de marche
Ce matin le gardien nous prévient que la météo annonce des orages pour cet après-midi. Pour l'instant il fait toujours aussi beau, juste un peu moins chaud et c'est tant mieux.
Après le petit déjeuner, Jacques, le Hollandais avec qui j'ai dîné hier soir, me propose de partir ensemble. Ben oui, c'est une bonne idée. En fait, je pensais marcher seulement quelques heures avec lui, mais on s'entendra bien tous les deux, et finalement nous cheminerons ensemble cinq jours et demi.

L'Ecole des Mines
L'Ecole française des Mines a été créée à Paris en 1783. Après la Révolution, elle renaît en 1794 sur décision de la Convention qui, dans le même élan, crée le corps des Mines. L'année suivante, l'Ecole Polytechnique est créée avec pour mission d'assurer l'enseignement théorique des ingénieurs civils et militaires en France ; l'Ecole des Mines doit désormais devenir une école d'application de Polytechnique et s'installer sur une mine en activité dans le territoire de la République.
Le choix de Peisey intervient 7 ans plus tard, en 1802 ; pendant ce laps de temps, l'Ecole des Mines continue à fonctionner à Paris avec tout le faste d'une grande école. C'est seulement après de nombreuses tentatives d'installation en particulier sur des gisements miniers dans l'est du pays, que le Conseil des Mines retient le site de Peisey : la mine est en régie publique depuis 1792 et aucun particulier ne fait valoir de droits sur son exploitation.
Le ministre de l'intérieur de l'époque nomme J.G. Schreiber directeur de l'école de Peisey, ainsi que 3 professeurs. Devant l'impossibilité matérielle d'organiser les cours et même d'héberger les élèves polytechniciens dans le village, Schreiber utilise les locaux du séminaire de Moûtiers où les cours théoriques auront lieu l'hiver ; en été les élèves viendront à Peisey en "brigades" pour apprendre sur le tas tous les métiers de la mine, depuis le manœuvre jusqu'à l'ingénieur. Les élèves feront également plusieurs "courses géologiques" dans le Beaufortain avec leur professeur, Brochant de Villiers.
Schreiber rénove et agrandit le "Palais de la Mine" dont il fera sa résidence permanente jusqu'en 1816, et qui abritera un laboratoire, une bibliothèque scientifique et des chambres pour les élèves-ingénieurs. L'Ecole des Mines (du département) du Mont-Blanc fonctionnera ainsi de 1802 à 1814, date à laquelle la Savoie repasse sous l'administration sarde. Elle aura formé aux techniques d'exploitation des mines et machines, à la métallurgie, à la docimasie, à la minéralogie et à la géologie, environ 70 ingénieurs des Mines, polytechniciens pour la plupart.
En 1814, l'Ecole se replie sur Paris, à l'Hôtel Mouchy, puis au Petit Luxembourg et enfin à l'Hôtel Vendôme ; tous ces déménagements furent financés par les bénéfices que Schreiber et ses mineurs tirèrent de la mine de Peisey.

Deux itinéraires possibles
En chemin nous passons devant le camp avec les moines, puis plus loin nous retrouvons les deux Anglais d'hier : ils se sont trompés de chemin, et d'ailleurs sans eux on était partis pour se tromper également... Nous marchons tous les quatre ensemble jusqu'à Valezan, avant de nous séparer définitivement.
Un peu plus loin, nous arrivons à Bellentre. Nous avons le choix entre 2 itinéraires : soit passer par Landry, plus de kilomètres mais plus court en temps, soit continuer par Montorlin et Montchavin (grosse montée en prévision). D'un commun accord, nous choisissons la première solution.

Changement de temps
Nous déjeunons à Landry, au bord de la rivière. Lorsque nous repartons, une petite heure après, le temps a bien évolué : il fait lourd et nuageux. D'ailleurs, après un petit détour pour voir une chapelle à la sortie de Landry, les premières gouttes se mettent à tomber. Cela s'empire tout doucement, pour finalement se transformer en déluge, nous obligeant à mettre nos ponchos de toute urgence. Puis c'est l'orage, alors que nous sommes en pleine forêt. Je ne suis pas rassuré, mais finalement il passera à côté de nous, donc aucun danger de ce côté-là. A un moment, sur une petite départementale sur laquelle nous avons quelques centaines de mètres à faire, et alors que la tempête bat son plein, une dame en voiture nous propose de nous emmener, mais je refuse aussitôt car je trouve ça agréable de marcher dans ces conditions, surtout qu'en 10 jours de marche c'est la première fois qu'on a de l'eau...

Le soleil revient
A 15h30 nous arrivons au village le Moulin, où nous nous abritons un peu dans l'église Sainte Agathe, très jolie petite chapelle rurale fondée en 1449. Lorsque nous ressortons, la pluie a bien diminué, on peut ranger les ponchos. Peu après, nous apercevons le soleil et finalement, une heure après, nous avons un très beau ciel bleu avec quelques rares nuages blancs.

Refuge de la porte du Parc de Rosuel
Nous arrivons au refuge, après avoir un peu douté de l'itinéraire. C'est un très beau refuge avec électricité, douche gratuite à volonté et tout confort : ça change pas mal de ce qu'on a connu ces derniers temps et cela le rend encore plus agréable. Eh oui, c'est malheureux à dire, mais rien ne vaut d'être privé de quelque chose pour savourer cette chose lorsqu'on la retrouve...
Après m'être installé, douché, et fait une petite lessive, je retrouve Jacques dans la salle commune où on se prend une bonne bière. Chacun écrit ses souvenirs de la journée, Jacques dans un cahier, moi dans un petit carnet.

Excellent dîner
Nous dînons avec un randonneur solitaire qui effectue une boucle de 3 jours autour du Mont Pourri et un couple de jeunes gens qui viennent de commencer le GR5 à Landry et s'arrêteront à Modane après pas mal de courtes étapes. Le dîner est excellent et très copieux (si je devais noter les repas des refuges, je pense que celui-ci arriverait en deuxième place, juste après le refuge de Trebentaz), tout ça dans une excellente ambiance.

Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes            
retour en haut

  <<     >>  

Création site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77