Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Var Bretagne Conseils Contacts

  I    J0   J1   J2   J3   J4   J5   J6   J7   J8   J9   J10   J11   J12   J13   J14   J15   J16   J17   J18   J19   J20    C     Carte 1     Carte 2     Carte 3  
Version imprimable

> Ma randonnée dans les Alpes --> Porte du Parc de Rosuel - Tignes les Boisses

Météo
Horaires
Nb d'heures de marche
(d'après topo-guide)
Altitude
mini/maxi
Dépenses
8h20 - 18h30
7h30+
1556 m / 2652 m
36,80€
(dont refuge : 28,00 €)

Un rêve étrange
Cette nuit j'ai dormi du sommeil du juste comme on dit, j'ai complètement récupéré de ma mauvaise nuit à la Balme. Pourtant j'ai fait un espèce de rêve que je ne sais pas trop comment interpréter sur le moment. Voici ce dont je me souviens :
Pour je ne sais plus quelle raison, je commets un meurtre prémédité et de sang froid. Il y a une enquête "interne" des gens présents. Finalement, ils me piègent (je ne sais plus comment) et on vient m'arrêter pour aller en prison. Au début je suis triste, mais finalement je me dis que comme ça j'aurai le temps de faire tous les projets que j'ai en tête.
Je prends ça pour un rêve optimiste qui pourrait être traduit grâce au proverbe : "A quelque chose malheur est bon". Si je croyais aux rêves prémonitoires, je penserais que je risque d'avoir un accident (quand ?) qui m'immobilisera un certain temps, mais que j'en profiterai pour faire des choses que je n'aurais pas eu le temps de faire autrement...

Le Parc National de la Vanoise
Extrait de : Alpes, Savoie Haute-Savoie - Gallimard
Aîné des sept parcs nationaux, le parc national de la Vanoise a vu le jour le 6 juillet 1963, par un décret signé par le Premier ministre, Georges Pompidou, et pas moins de quatorze ministres. Ce patrimoine naturel alpin exceptionnel est protégé dans une zone dite "centrale" de 53.000 ha. Les hautes vallées de Maurienne et de Tarentaise qui délimitent le massif de la Vanoise forment une zone périphérique de 145.000 ha, regroupant ainsi 28 communes de montagne.
Les objectifs du parc : la sauvegarde du bouquetin des Alpes, menacé d'extinction en France, donna lieu à la création du parc, établissement public sous tutelle du ministère de l'Environnement. Outre la conservation de cet espèce symbolique, le parc s'est donné trois objectifs :
- la protection des richesses naturelles d'un territoire, afin de les transmettre intactes aux générations futures. A cette fin, une réglementation interdit la violation de la zone centrale. "Laboratoire vivant", le parc se prête également à des observations régulières et à des études scientifiques en vue d'approfondir la connaissance des espèces et d'élaborer des modèles de gestion de la nature transposables au-delà des limites du parc ;
- l'accueil et la mise à disposition de ce patrimoine au public pour l'éduquer au respect de la nature. Un réseau de 600 km de sentiers balisés et une quarantaine de refuges, dont 18 appartenant à l'établissement, permettent aux visiteurs la libre exploration de cet espace exceptionnel. En outre, les gardes-moniteurs du parc proposent des randonnées accompagnées et des rencontres-projections pour une découverte détaillée et passionnée du parc et de son action ;
- l'incitation des communes de l'espace Vanoise à un développement équilibré et respectueux de l'environnement. La promotion d'un tourisme vert, le soutien à l'agriculture locale, la préservation du bâti traditionnel sont les enjeux premiers du parc - qui s'associe aux collectivités et aux partenaires locaux - en vue de renforcer la pérennité des composantes naturelles et culturelles de l'espace Vanoise.


Un brouillard joueur...
Bref, revenons à nos moutons ! Ce matin en me levant, un brouillard épais entourait complètement le refuge. Lorsque Jacques et moi partons, après une grande discussion avec le patron qui est tout surpris d'apprendre qu'il y a un gîte à Tignes les Boisses (bon, c'est vrai que j'avais peiné à le dénicher celui-ci), donc disais-je, lorsque nous partons, le brouillard se trouve sur les hauteurs. On le rejoint rapidement car ça monte bien ce matin (oui, forcément, on commence par 1100 m de dénivelé positif...). C'est un brouillard très épais, mais il n'y a pas de danger car nous cheminons sur un bon chemin.
Une heure après, on s'arrête pour faire une petite pause, on n'y voit toujours rien, mais en revanche on entend très bien une cascade sur notre gauche. Je pose mon sac, je l'ouvre pour prendre un petit truc à manger, et lorsque je me relève je n'en crois pas mes yeux : le brouillard est en train de disparaître comme par magie et en quelques secondes on peut voir un magnifique paysage.

Première incursion dans le parc national de la Vanoise
Plus loin le brouillard se reforme provisoirement : sans le soleil il fait limite froid. Peu après, nous croisons 5 personnes qui nous disent qu'elles viennent de voir 4 chamois, maintenant en train de se réfugier sur les hauteurs : zut, à quelques minutes près c'est nous qui tombions dessus.
Le GR5 longe maintenant le parc national de la Vanoise, puis rentre dedans. Le soleil est revenu. L'endroit est magnifique : on est dans une sorte d'immense talweg. Plus loin, après avoir dépassé le chalet du Berthoud et les chalets de la Plagne (2100 m), on décide de faire une bonne pause café. D'où on est, on domine un beau lac de montagne (lac de la Plagne) à côté duquel se trouve le refuge Entre-le-Lac.

Qu'on est bien !
Nous continuons à monter régulièrement. Sur le chemin nous rencontrons nos amies les marmottes et le paysage qui nous entoure est toujours aussi splendide. Ainsi, il est déjà presque 13 heures lorsque nous arrivons au lac du Grattaleu à environ 2500 mètres d'altitude, à une dizaine de minutes du refuge du col du Palet. C'est là que nous nous arrêtons pour déjeuner. Le ciel est maintenant presque tout bleu et un silence total règne. C'est le genre d'endroit où on a envie de rester des heures.

Bizarre, bizarre...
On lève le camp. Une demi-heure après nous franchissons le col du Palet, le plus haut pour aujourd'hui. J'ai du mal à croire qu'on vient de faire un dénivelé de 1100 m, car il est passé tout seul. C'est sans doute grâce à toute cette beauté qui nous entoure, à un air frais très agréable et à un soleil plus discret.
Jusqu'à maintenant nous avons croisé peu de gens, mais bizarrement, après le col, on commence à voir pas mal de touristes alors qu'on est encore loin de Tignes. Je suis admiratif, moi qui pense souvent que les gens en vacances vivent un peu comme des larves, là je suis impressionné. En revanche je trouve bizarre que la plupart n'aient ni sac à dos, ni même de l'eau... Malheureusement, la vérité me saute dessus sans prévenir : certaines remontées mécaniques fonctionnent, amenant leur flot de piétons aux alentours ! Plus loin, au détour d'un chemin, on aperçoit Tignes, avec ses immeubles, ses tennis, son golf... Pfff, sans commentaires.

Un petit bavard
Depuis le col du Palet, je descends seul : Jacques est parti devant. Autant la montée m'a semblé facile, autant je trouve cette descente fastidieuse. Heureusement un petit garçon me tient compagnie pendant la dernière partie de la pente. Il n'arrête pas de parler et de poser des questions, c'est à peine croyable. Il me dit que ses parents ne vont pas assez vite pour lui, alors lorsqu'ils font cette balade (sa maman a décidé de perdre du poids), il marche à côté de quelqu'un qui va plus vite. Bon, il m'avoue tout de même que je suis limite un peu trop lent...

Tignes-le-Lac
Je rejoins Jacques près du lac de Tignes. Peu après les parents rejoignent leur progéniture et je fais un petit coucou à toute la famille.
Dans Tignes-le-Lac, chacun part de son côté. Après quelques petits achats, je vais à l'office de tourisme afin de me renseigner du trajet jusqu'à Tignes-les-Boisses. Il y a le choix entre prendre le bus et y aller à pied. Le prochain bus part dans moins de 2 heures, alors qu'à pied il faut normalement moins d'une heure et demie, sauf que là il y des travaux sur la montagne au dessus du chemin (chute de rochers), nous obligeant à faire un détour.

Si on avait su...
Pendant un certain temps, impossible de retrouver Jacques, et finalement lorsqu'on finit par se rejoindre, il est déjà 16h30. Nous décidons tout de même de terminer le trajet à pied, ce que nous n'allons pas tarder à regretter...
D'après la dame du syndicat d'initiative, c'est simple : il faut suivre le bon chemin blanc jusqu'à un pylône, puis prendre un chemin sur la droite qui nous permettra de récupérer le sentier allant aux Boisses. Jusqu'au pylône, aucun problème, mais ensuite ça se complique et on finit par arriver dans un cul-de-sac, où se trouve une petite ferme au bord d'une bonne pente. Justement un paysan arrive avec son tracteur. Il nous dit, l'air sûr de lui, qu'il suffit de prendre la pente, on ne tardera pas à trouver une piste. Nous descendons sur une pente entre 40% et 50%, mais il y a beaucoup d'herbe et des buissons pour nous retenir. Ça n'en finit pas. Nous passons à côté de pare-avalanches, et de pentes assez dangereuses. Finalement nous nous retrouvons séparés, et peu après je m'aperçois que j'ai perdu mon topo-guide. Là j'en ai marre, je pose mon sac, je remonte le chercher et redescends.
Je finis tout de même par arriver au sentier, puis peu après à retrouver Jacques qui me fait : "il est fou ce paysan !". C'est vrai que c'était dangereux ce que nous venons de faire.

Le gîte de Tignes les Boisses
Nous arrivons au gîte dans un état de fatigue bien avancé. En plus je m'aperçois que je me suis ramassé de beaux coups de soleil aujourd'hui. Nous sommes très bien accueillis et il n'y a rien à redire sur le repas : il faut bien ça pour reprendre des forces. Il y a même une bouteille de vin comprise dans le prix du repas, et il n'est pas mauvais du tout.
Pendant le repas, le gardien nous conseille de nous renseigner sur la Via Alpina, chemin beaucoup plus beau que le GR5 selon lui.
Le soir je me balade dans les environs pour repérer l'arrêt de bus et jeter un coup d'œil au barrage : cet ouvrage est impressionnant.

Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes    
retour en haut

  <<     >>  

Création site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77