Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Var Bretagne Conseils Contacts

  I    J0   J1   J2   J3   J4   J5   J6   J7   J8   J9   J10   J11   J12   J13   J14   J15   J16   J17   J18   J19   J20    C     Carte 1     Carte 2     Carte 3  
Version imprimable

> Ma randonnée dans les Alpes --> Refuge du Plan du Lac - Refuge de l'Arpont

Météo
Horaires
Nb d'heures de marche
(d'après topo-guide)
Altitude
mini/maxi
Dépenses
8h20 - 13h55
4h30
2053 m / 2540 m
32,20 €
(dont refuge : 32,20 €)

Programme du jour
Aujourd'hui, petite journée de prévue. En fait je n'ai pas eu trop le choix car le refuge suivant est bien trop loin (5 heures à partir de l'Arpont) et puis en chemin j'apprends que du refuge, un chemin permet de monter jusqu'au lac de l'Arpont (situé en bas du glacier du même nom) et c'est une pure merveille paraît-il.
Ce matin il y a beaucoup de gros nuages blancs dans le ciel, et c'est tant mieux car dès qu'un rayon de soleil arrive jusqu'à moi, ça chauffe dur.

Refuge de l'Arpont (2309 m)
Extrait de : Refuges des Alpes de Nice au Léman
Lorsque le Parc National décida la création d'un refuge sur les alpages de l'Arpont, il voulut que la construction de la bâtisse soit confiée à un homme capable de retrouver le geste ancestral des montagnards qui élevaient dans les règles de l'art des murs de pierres sèches.
C'est à Modane que vivait cet homme : quatre ans durant, M. Molinaro va travailler à l'Arpont. Le geste ancestral, il le connaissait. Car cet homme a l'amour de la pierre. Et ce sont deux chefs-d'œuvre qui vont sortir de ses mains : les refuges de l'Arpont et de Vallonbrun. Dans le style des chalets de Vanoise et répondant aux exigences spécifiques que demande un refuge. Quant à la beauté, il faut aller voir !
Du refuge, part un sentier en direction du pied des Dômes, qui sont une course classique dans ce secteur. Si on suit ce chemin, on parvient au Lac de l'Arpont, où viennent se jeter les séracs du glacier. Pour le randonneur, c'est une promenade à ne pas manquer que les bords de ce lac. Il verra les énormes blocs de glace à la dérive sur les eaux turquoises.


Des têtards de montagne
Le sentier descend tranquillement, passe devant la chapelle Saint-Barthélémy, puis atteint le torrent de la Rocheuse. Le GR5 continue le long de la rive sur une petite route, franchit 2 passerelles, suivi peu après d'une grosse et longue montée à laquelle je ne m'attendais pas du tout. En plus les nuages sont en train de disparaître, m'obligeant à m'appliquer d'urgence une bonne couche de crème solaire.
A 10 heures j'atteins la partie inférieure du mont de la Para, cela continue toujours de monter. Une heure après, j'arrive aux lacs des Lozières, dans lesquels se trouvent de nombreux têtards.

Fausse alerte
A partir de là, les nuages blancs reviennent dans le ciel, et peu après les premières gouttes commencent à tomber. Je poursuis ma marche et j'arrive devant une énorme moraine (amas de roches et de débris entraînés par un glacier). Alors que je suis en plein milieu, je subis une grosse averse avec du tonnerre dans le lointain. Là je ne suis pas très à l'aise car si jamais l'orage passe au dessus de moi alors que je suis au milieu de cette moraine, je n'ai absolument aucun endroit où me réfugier. Heureusement, tout se calme rapidement, pour un peu c'était terminé avant que j'ai eu le temps de mettre mon poncho.

Cette fois-ci c'est pour de vrai
Vers midi je m'arrête déjeuner. Le soleil brille par intermittente. En bas, 2 jeunes marmottes sont en train de jouer ensemble et s'envoient rouler, c'est marrant à observer. J'ai à peine terminé ma pomme qu'il se remet à pleuvoir. Je décide tout de même de prendre le temps de me faire un café, c'est pas une petite averse qui va me perturber quand même !
Je suis en train de boucler mon sac et mettre mon poncho lorsque tout se précipite : ça commence par une très grosse averse de grêle (aïe les cuisses) avec un vent tourbillonnant qui rend la progression très difficile. Puis c'est l'orage qu'on entend arriver comme un fou furieux. Pas très loin, j'aperçois quelques moutons qui se sont plaqués le long d'un grand rocher de plusieurs mètres. Je décide que c'est une bonne idée, donc je cours jusque là-bas, suivi de peu par 2 autres randonneurs. Il était temps car moins d'une minute après, l'orage se trouve exactement au-dessus de nous, avec des éclairs en même temps que le tonnerre. L'eau dégouline le long du rocher et vient me remplir les chaussures, mais je ne bouge pas d'un pouce, à ce moment-là je ne pense qu'à éviter de me faire foudroyer. Je me demande si on sent quelque chose au moment de l'impact... Et puis ça m'ennuierait vraiment de mourir aujourd'hui parce que j'ai plein de projets dans la tête.

Nos amis les bouquetins
L'orage s'en va rapidement, aussi vite qu'il est venu, mais c'est un moment qui m'a paru bien long... Plus loin, je rejoins un groupe de randonneurs dont certains hésitent à franchir un torrent sans doute créé par l'orage. J'y arrive en faisant bien attention car c'est très glissant et plutôt dangereux. Bon, mes pieds sont encore plus trempés, mais je ne suis plus à ça près.
Je marche un peu avec les 2 randonneurs avec qui je viens de subir l'orage (en fait un père et son fils), et rapidement on tombe sur 2 jeunes bouquetins pas trop peureux. On les observe un moment avec les jumelles du monsieur, avant qu'ils ne disparaissent dans les rochers.
Je termine le reste du parcours seul. Parfois on voit apparaître un timide rayon de soleil, mais le plus souvent le ciel est gris.
Alors que le refuge est à vue, j'entends un autre orage arriver, m'obligeant à parcourir les 200 derniers mètres en courant. Une fois ça suffit pour aujourd'hui !...

Le refuge de l'Arpont
Finalement, la balade du côté du lac de l'Arpont sera pour un autre jour car le temps est trop incertain. Je préfère faire sécher mes chaussures et me remettre en condition. Dès que le temps le permet, j'en profite pour me balader dans les environs immédiats. Parfois on peu observer le brouillard monter subitement vers le refuge, puis repartir : c'est assez étrange comme phénomène.
Le refuge a une capacité de 96 places, mais malgré cela il est complètement plein. Il y a même quelques tentes de montées à côté. Du coup, pour le dîner il y a 2 services : un à 18h30 (j'y suis), et l'autre à l'issue. C'est toute une organisation.

Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes
Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes Photo de ma randonnée dans les Alpes      
retour en haut

  <<     >>  

Création site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77