Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Var Alpes Conseils Contacts

   I      J1     J2     J3     J4     J5     J6     J7     J8     J9     J10     J11     J12     J13     J14     J15     J16     J17     C     Carte 1     Carte 2  
Version imprimable

> Ma randonnée en Bretagne --> Nanthouar - Barnabanec

Temps
Horaires
Distance
Altitude mini/maxi
Dépenses
9h00 - 19h00
33 km
 m /  m
29,0 € (190 F)
(dont 1/2 pension : 21,6 €)

Des couleurs extraordinaires
Encore une très belle journée en perspective ! Du coup, ce matin, les couleurs du paysage sont encore plus extraordinaires que d'habitude. Pour ne pas changer, le GR 34 continue le long de la côte, mais on ne s'en lasse pas.

Les panneaux bretons...
Après une heure de marche, j'arrive à Perros-Guirec. Tiens, je me rends compte que je n'ai pas encore parlé de quelque chose d'assez surprenant lorsqu'on va en Bretagne pour la première fois : tous les panneaux signalant l'entrée d'une ville, et beaucoup d'autres panneaux indicateurs, sont écrits en deux langues, le français et le breton. Par exemple pour cette ville, on a "Perros-Guirec", et en dessous "Perroz-Girec". Je ne sais si d'autres régions ont cette particularité...

Le sentier des douaniers
Après la plage de Trestraou (commune de Perros-Guirec), débute le très connu sentier des douaniers. En fait, je dis ça, mais j'avoue que je ne sais pas trop où débute et où se termine ce sentier ; si quelqu'un veut bien me renseigner, je ne dis pas non. En tout cas, ce dont je suis certain, c'est que l'endroit est très connu : il y a tellement de monde qu'on se suit presque à la queue leu leu. Bon, c'est vrai que l'endroit est magnifique, avec la mer particulièrement bleue aujourd'hui (merci le soleil) et les chaos rocheux.
C'est d'ailleurs à l'ombre d'un gros rocher (qui en plus me cache de la vue des promeneurs) que je décide de déjeuner. En théorie il est interdit de quitter le sentier afin de préserver la flore, mais je fais très attention où je mets les pieds. J'en profite également pour étaler mon linge, lavé la veille au soir, sur un rocher brûlant : en 30 minutes, tout est parfaitement sec !

Moulin à marée
Peu après Ploumanac'h, on arrive à un moulin à marée. On peut visiter les restes du moulin, il y a d'ailleurs plein d'explications intéressantes. En tout cas, moi qui ne connaissais que deux sortes de moulins (à eau au bord d'une rivière, et à vent), j'ai appris quelque chose.

Moulin à Marée (Ploumanac'h) :
Le 29 août 1375, le roi "Charles V le Sage", content des services que lui avait rendus son vassal, le seigneur Bryant de Lannion, pour la conquête armée de la Bretagne, autorisa ce dernier à édifier un moulin à marée, à Trégastel.
En fait, le duc de Bretagne s'était enfui en Angleterre et, de bonne foi, Charles V se croyait le suzerain d'une province qui ne sera rattachée à la France qu'en 1491, lors du mariage de la duchesse Anne avec le roi de France Charles VIII.
Bruyant de Lannion s'empressa de rentrer et de faire construire son moulin.
Plus généralement, la Bretagne fut le pays de prédilection des "moulins à eau bleue" à cause de la forte amplitude des marées et de la présence de très nombreux abers (mot celtique : vallées envahies par la mer) . L'énergie marémotrice est utilisée dans la région depuis neuf siècles environ : le plus ancien moulin de ce type fut installé en 1186 à Pen-Castel (Morbihan). Une soixantaine de ces édifices subsistent encore, mais la plupart sont en ruine. Comme ils ne fonctionnaient que six heures par marée, soit trois heures avant la basse mer et trois heures après, les meuniers possédaient souvent des moulins à vent à proximité afin d'éviter les heures creuses de la marée.

Des noms bien bretons
Le chemin longe toujours la côte et me fait passer par Tourony, Paul Palud, Sainte-Anne, Trégastel, Coz Porz, la Grève Blanche, Haren... Au lieu-dit "le Golven", je quitte le GR 34 pour aujourd'hui, le gîte dans lequel j'ai réservé se trouvant à quelques kilomètres de la côte.

C'est fini pour aujourd'hui
J'arrive à mon étape du jour (la Ferme de Kéranglof) vers 19h00. Je suis plutôt épuisé car vers la fin j'ai mis le turbo pour ne pas arriver trop tard. Et puis ce soir j'ai réservé mon dîner, j'aurai bien besoin de ça pour reprendre des forces. L'accueil est excellent. La propriétaire du gîte (il y a également un camping à côté) me raconte qu'elle est une ancienne informaticienne reconvertie (tiens, c'est peut-être une bonne idée à garder dans un coin...).
Je dîne en compagnie de Philippe qui lui, préfère la randonnée en "marguerite" (c'est à dire qu'on s'installe plusieurs jours au même endroit et qu'on fait des boucles à partir de là) car, m'explique-t-il, on peut beaucoup mieux connaître une région. L'avantage c'est qu'en théorie on a beaucoup moins de charge à transporter. Je dis en théorie car Philippe transporte avec lui un très gros appareil photo. Le repas est excellent, c'est de la sole sauce échalote.

Signification du drapeau breton appelé Gwen Ha Du :
5 bandes noires (Du) : les 5 anciens évêchés de Haute-Bretagne (Rennes, Nantes, Saint-Malo, Saint -Brieuc, Dol).
4 bandes blanches (Gwen) : les 4 anciens évêchés de Basse-Bretagne (Léon, Cornouaille, Vannes, Tréguier).
Le champ d'hermines rappelle l'ancien duché de Bretagne. L'usage veut que le Gwen Ha Du soit porté dans les défilés à bout de bras, au-dessus de la tête.

retour en haut

  <<     >>  

Création site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77