Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Var Alpes Conseils Contacts

   I      J1     J2     J3     J4     J5     J6     J7     J8     J9     J10     J11     J12     J13     J14     J15     J16     J17     C     Carte 1     Carte 2  
Version imprimable

> Ma randonnée en Bretagne --> Beg Léguer - Tredrez

Temps
Horaires
Distance
Altitude mini/maxi
Dépenses
9h00 - 18h45
27 km
 m /  m
28,8 € (189 F)
(dont camping : 12,7 €)

 

Le temps s'annonce, une fois de plus, très beau. Aujourd'hui, pendant une bonne partie de cette journée, je vais suivre le fleuve le Léguer (jusqu'à Lannion), puis changer de rive et retourner vers la mer.

Le marché de Lannion
La toute première partie se compose d'une série de montées et de descentes à quelques dizaines de mètres de la mer et du Léguer. Comme ça, à froid, c'est assez tuant pour les jambes, mais certains magnifiques points de vue font vite oublier cette petite fatigue. D'ailleurs, rapidement, le GR 34 se met à suivre un chemin de halage, donc par définition, tout plat et au bord de l'eau. Je croise pas mal de gens effectuant un footing : c'est vrai que ce sentier se prête particulièrement à ce genre d'activité. Le chemin se poursuit ainsi jusqu'à Lannion. Par chance c'est le jour du marché, j'en profite donc pour m'approvisionner en produits frais.

L'autre rive
Après un rapide petit tour dans Lannion, je repars de l'autre côté. Heureusement qu'on traverse beaucoup de bois et qu'il y a quelques nuages blancs dans le ciel, car le soleil tape très fort aujourd'hui, mais bon, je ne vais tout de même pas m'en plaindre ! La partie du chemin de randonnée qui retourne vers la mer, suit beaucoup plus approximativement le fleuve, d'où, en moyenne, beaucoup plus de dénivelés que dans l'autre sens. C'est ainsi que j'arrive au Yaudet.

 

Le site préhistorique a été ensuite une cité gallo-romaine (vetus civitas), puis bretonne (Coz Yeodet) d'où son nom actuel. Un retranchement néolithique coupe l'éperon. Une roche gravée, bien en vue sur la crête, semble être un monument religieux préceltique. La pointe était une forteresse (oppidum). Une chapelle renaissance renferme un retable représentant la Vierge et l'Enfant couchés dans un lit.

700 mètres = 7 heures...
Juste après le Yaudet, j'arrive à la baie de la Vierge, dans laquelle on peut compter beaucoup de ramasseurs de coquillages. Je me joindrais bien à eux, mais je serais bien embarrassé pour cuisiner ces crustacés ! Un peu plus loin, du chemin où je suis, je peux voir la zone où j'étais ce matin (de l'autre côté du Léguer), soit 7 heures auparavant. En ligne droite ça doit faire environ 700 mètres...

Calvaires :
Construits entre 1450 et 1650, les calvaires sont une création originale de la basse Bretagne. Œuvres anonymes d'architectes, de sculpteurs et d'ymageurs, transformées au cours de l'histoire, elles sont sans équivalent en chrétienté. Si la Passion en est le thème central, de nombreuses scènes de la vie du Christ et des figurations de saints honorés localement viennent s'y ajouter. Autant que la mort, c'est la vitalité de la foi qu'ont voulu figurer les riches paroisses qui les ont commandées.

Douches "gratuites"...
Après la Pointe du Dourven, Locquémeau, la Pointe de Séhar, c'est la dernière "ligne droite" pour arriver près de Trédrez, au camping que j'ai choisi pour passer la nuit. Je me rends compte malheureusement que c'est un camping 4 étoiles avec piscine, terrains de tennis... : le prix va être salé. Un panneau indique qu'un camping municipal se trouve à 2 ou 3 kilomètres de celui-ci, mais j'en ai vraiment plein les jambes, je décide donc de ne pas continuer plus longtemps. Lorsque le gérant me présente la facture, je suis tout de même estomaqué : 83 francs ! Ca fait au moins 50% plus cher qu'un gîte d'étape. Tout en finissant de remplir la facture, le gérant m'indique que les douches sont gratuites, il n'y a pas de jeton... Je crois un instant qu'il se fiche de moi, mais il continue à remplir sa facture tranquillement sans lever le nez...


Poissons côtiers :
La variété des paysages sous-marins rencontrés le long des Côtes-d'Armor explique la diversité des poissons débarqués. Ainsi, au retour des bateaux, on trouvera des espèces des fonds rocheux jaune, et d'autres inféodées aux fonds meubles comme la sole ou la raie. Une diversité des espèces qui va de pair avec celle des moyens de capture : ici, à la différence de la Bretagne Sud, la chalutage n'est qu'une technique parmi d'autres, la palangre, la ligne traînante et les files assurant la majorité des apports.


retour en haut

  <<     >>  

Cr้ation site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77