Rechercher sur itirando.com
Accueil Jura Bretagne Alpes Conseils Contacts

   I      J1     J2     J3     J4     J5     J6     J7     J8     J9     J10     J11     J12     J13     J14     Carte  
Version imprimable

> Ma randonnée dans le Var --> La Verdière - Quinson

Je repars
Mon grand-père me conduit jusqu'à St Maximin en fin de matinée : je dois prendre un bus jusqu'à La Verdière à 12h20. Je passe d'abord à la pharmacie car mon petit doigt de la main droite s'est infecté. La pharmacienne me conseille d'aller voir un médecin et me donne une adresse. Lorsque je sors de chez le médecin il est 12h16, autant dire que je n'ai pas le temps de repasser à la pharmacie pour prendre le traitement, on verra ça plus tard. J'arrive à la gare routière, le chauffeur est juste en train de fermer la porte. Ouf, il était temps !

J'arrive à La Verdière. J'emprunte de bons chemins relativement plats. En plus on ne peut pas trop se perdre pour l'instant, ce qui m'arrange plutôt : ça serait bien d'arriver avant la nuit pour une fois !..

Champ à quelques kilomètres de La Verdière sur le Plan d'Auron

A vos risques et périls...
Bientôt 18h00, j'arrive à la chapelle Sainte-Maxime. Par ici je rentre dans les Basses Gorges du Verdon. J'ai maintenant le choix entre 2 itinéraires : le chemin "normal" (c'est-à-dire le GR 99), ou une variante qui longe le vieux canal du Verdon. Ce deuxième itinéraire a l'air beaucoup plus joli que l'autre, mais le topo-guide précise que ce chemin est « réservé aux personnes averties et entraînées (…) avec quelques passages délicats ». Vu les quelques difficultés que j'ai rencontré précédemment sur des chemins où il n'y avait rien de précisé, je ne sais pas trop à quoi m'attendre. Je réfléchis quelques secondes : il reste deux heures avant la tombée de la nuit, le parcours a une durée théorique d'une heure. J'ai maintenant tendance à me méfier de ces temps théoriques… mais j'ai quand même une marge d'une heure, c'est pas mal. Allez, c'est parti pour cette variante, on verra bien !.. Au bout de 500 m un panneau m'avertit que le chemin sur lequel je suis est dangereux et aux risques et périls de ceux qui l'empruntent, la commune se dégageant de toute responsabilité : ils vont finir par me faire flipper si ça continu… Quelques mètres plus loin j'emprunte une échelle métallique pour descendre dans le vieux canal du Verdon : moi qui voulait le voir de près, je suis servi ! Juste après vient un tunnel. Il doit faire environ 150 mètres, peut-être un peu plus, mais rien d'inquiétant car il est tout droit et on voit donc l'autre bout. Sauf qu'après 30 ou 40 m, je ne vois plus où je marche et je rencontre une énorme flaque d'eau. Je réussis à la contourner sans trop me mouiller. Un peu plus loin il y en a une deuxième, plus large et plus profonde. Cette fois-ci j'ai les pieds trempés et ce n'est pas la dernière. Je me décide à sortir ma lampe. Je ne pensais pas en avoir besoin et elle n'est donc pas facilement accessible.
J'arrive enfin au bout du tunnel (c'est le cas de le dire). Une nouvelle échelle permet de sortir du canal. Je me retrouve entre le Verdon et le canal.

De gauche à droite : le Verdon, le petit mur qu'il faut emprunter, le Vieux Canal du Verdon, la muraille de rochers

C'est pas gagné
Je vide l'eau qui a réussi à passer par dessus mes chaussures et je me mets à la recherche de mon chemin. Aïe, le chemin c'est tout simplement le petit mur du canal. Je résume : à gauche c'est le Verdon à une dizaine de mètres plus bas, à droite c'est le canal à trois mètres plus bas et à droite du canal c'est une barrière de rochers assez haute. Sur le mur il y a une main courante en fer. Enfin pas partout (il ne faut pas rêver !) : la moitié du temps elle a été arrachée, sans doute par la chute de rochers (non Gilles, essaye de penser à autre chose).

J'arrive avant la nuit !
J'arrive au camping de Quinson. Il est 19h30 et il ne fait pas encore nuit. C'est quand même plus sympa pour monter la tente. Finalement le chemin le long du vieux canal du Verdon était assez praticable, et j'ai pu admirer la splendide couleur du Verdon, entre le vert et le bleu, c'est féérique !

Avec tout ça je n'ai toujours pas trouvé de pharmacie. Je regarde mon topo-guide afin de voir si je vais bientôt rencontrer une ville assez grande qui en aura une. C'est simple : pendant les 5 prochains jours, le plus gros village traversé a... 300 habitants ! Il faudra trouver une autre solution.

retour en haut

  <<     >>  

Création site Internet -- Traiteur Seine-et-Marne -- Traiteur 77