> Ma randonnée dans le Jura --> Introduction

Mes débuts
Commençons par le début... Ma passion pour la rando est née il y a relativement peu de temps. Pour être précis, c'était au début de l'automne 1998. J'ai tout d'abord acheté une carte IGN au 1:25 000ème du secteur d'Eaubonne. J'ai commencé par admirer cette carte, regarder tous ces chemins matérialisés par des traits, observer les forêts... Rapidement vint le jour où je décidai "d'explorer" la forêt. De la ville d'Eaubonne, il n'y a pas à aller trop loin : il suffit d'aller à Saint-Leu-la-Forêt (en train de banlieue c'est à 7 minutes d'Eaubonne). Ensuite j'ai traversé la ville pour me retrouver dans la forêt. Je me suis rapidement retrouvé au milieu de centaines de châtaigniers, en plein dans l'époque où leurs fruits dégringolent des arbres. Ce jour-là je n'ai pas été très loin : je me suis contenté de ramener un plein pochon de châtaignes (pour les non Berrichons, pochon = sac). La semaine d'après je repartai du même endroit, mais cette fois avec la ferme intention de ne pas me laisser arrêter par le chant des sirènes (ou des châtaignes). Ce jour-là je me promenait 4 heures à travers la forêt de Montmorency. A partir de ce jour, dès que j'avais quelques heures de disponibles dans mon week-end, je partais "écumer" les forêts environnantes, en élargissant le cercle de plus en plus.

Aller plus loin...
Bien sûr, rapidement, l'idée de faire une randonnée de plusieurs jours naquit dans mon esprit. Mais où ? Je trouvai la solution au Salon de l'Agriculture 1999. Après avoir pu admirer tous les animaux de la ferme (en me faufilant à travers une foule immense), je tombai sur les offices du tourisme des 22 régions françaises. Je "récoltai" un maximum de prospectus de beaucoup de régions et une fois rentré je triai tous ces documents. C'est la Franche-Comté, et plus précisément le Jura qui rapidement s'imposa, grâce à sa verdure, son relief et grâce aussi à la responsable du stand qui avait très bien sû me parler de sa région. En même temps je fis une recherche sur Internet avec le mot clé "randonnée" sur les cartes de visites des abonnés d'AOL pour glaner quelques conseils. Grâce à cette recherche, j'obtins les conseils de Caroline, avec qui je suis toujours en contact et qui m'a, à l'époque, envoyé la photo d'un de ses pastels. Superbe n'est ce pas !?! Elle a créé un charmant site Web où on peut admirer tous ses pastels, n'hésitez pas à aller le voir (http://caroline.delorme.free.fr).

Résurgence de l'Orbe (Vallorbe) - Caroline

Ca se précise !
Puis tout s'enchaîna assez rapidement. En farfouillant dans les rayons de l'IGN, j'affinai mon itinéraire et par chance je trouvais un topo-guide correspondant pratiquement au trajet que je souhaitai faire. Trois semaines avant mon départ, j'appelai les gîtes d'étape afin de réserver une place, tombant souvent sur des gîtes qui n'existaient plus, ce qui m'obligeait à refaire une partie de mon itinéraire. Les topo-guides sont vraiment un outil presque indispensable, mais dommage qu'ils ne soient pas mis à jour plus régulièrement... Et bien sûr j'achetai tout l'équipement nécessaire pour une telle expédition, partant pratiquement de zéro. La veille du départ, j'enfournai tout mon matériel dans mon sac, enfin pas tout car je m'aperçus rapidement qu'une partie ne tenait pas dans mon sac de 60 litres. Ce fut même la panique lorsque je l'essayai : le poids me surpris désagréablement et je me demandai comment j'arriverais à faire les 300 kilomètres prévus avec une telle charge ! Bah, on verra bien demain, au pire j'en renverrai une partie par la poste comme une copine m'avait suggéré de faire... Allez !, assez de craintes comme ça pour ce soir, va te coucher Gilles, l'avenir te renseignera.


Création site Internet - Location site Internet - Agence Web Reims - Développements Access, Excel, VBA